Le cas Oviedo à l'ONU

Header image
Voir la Video
Financié le 27 / 07 / 2023
Cofinancé!
Accumulé
€ 12.466
Minimal
€ 11.000
Optimal
€ 14.000
185 Cofinanceurs
  • Pour € 1

    Calendario 2023 de Parir En Libertad

    Parir En Libertad es una asociación sin ánimo de lucro que se autofinancia, entre otras cosas, realizando y vendiendo cada año calendarios.

    Este año nos sobraron unos ejemplares y, aunque el año ya está muy avanzado, os queremos animar a hacer una donación regalando a los primeros 5 cofinanciadores un ejemplar de nuestro calendario, independientemente del importe aportado.

    > 05 Cofinanceurs
  • Pour € 20

    Tríptico, postal y chapa de Parir En Libertad

    Todas las donaciones de 20 euros recibirán por correo una postal de recuerdo, una chapa con nuestro logotipo o un eslogán reivindicativo y un práctico tríptico recordatorio de nuestros derechos.

    Los envíos de postales, chapas y trípticos se realizarán una vez finalice la campaña.

    > 16 Cofinanceurs
  • Pour € 40

    Tríptico, postal, chapa y bolsa de tela de Parir En Libertad

    A todas las donaciones que alcancen los 40€ les haremos llegar por correo postal una bolsa de tela en color negro con los hashtags #Mi cuerpo, #Mi parto, #Mi decisión impresos en blanco, un tríptico, una postal y una chapa.

    Los envíos de recompensas se realizarán una vez finalice la campaña.

    *La cantidad de bolsas de tela disponibles se eleva a 57 unidades en total, a repartir entre los donativos de 40, 80 y 100 €

    > 20 Cofinanceurs
  • Pour € 60

    Tríptico, postal, chapa y camiseta de Parir En Libertad

    A todas las donaciones que alcancen los 60€ les haremos llegar por correo postal una camiseta en color negro con la frase "Sin consentimiento, no me toques el coño (¡Ni pariendo!)" impresa en blanco y rojo, un tríptico, una postal y una chapa.

    Los envíos de recompensas se realizarán una vez finalice la campaña.

    *La cantidad de camisetas disponibles se eleva a 60 unidades en total, a repartir entre los donativos de 60, 80 y 100 €

    > 08 Cofinanceurs
  • Pour € 80

    Tríptico, postal, chapa, bolsa de tela y camiseta de Parir En Libertad

    A todas las donaciones que alcancen los 80€ les haremos llegar por correo postal una camiseta en color negro con la a frase "Sin consentimiento, no me toques el coño (¡Ni pariendo!)" impresa en blanco y rojo, una bolsa de tela en color negro con los hashtags #Mi cuerpo, #Mi parto, #Mi decisión impresos en blanco, un tríptico, una postal y una chapa.

    Los envíos de recompensas se realizarán una vez finalice la campaña.

    *La cantidad de camisetas disponibles se eleva a 60 unidades en total, a repartir entre los donativos de 60, 80 y 100 €. La cantidad de bolsas de tela disponible se eleva a 57 unidades en total, a repartir entre los donativos de 40, 80 y 100€

    > 07 Cofinanceurs
  • Pour € 100

    tríptico, postal, chapa, bolso y camiseta de Parir En Libertad y un diario de embarazo

    A todas las donaciones que alcancen los 100€ les haremos llegar por correo postal un diario de embarazo para regalar o auto-regalarse y así disfrutar de un embarazo consciente, una camiseta en color negro con la a frase "Sin consentimiento, no me toques el coño (¡Ni pariendo!)" impresa en blanco y rojo, una bolsa de tela en color negro con los hashtags #Mi cuerpo, #Mi parto, #Mi decisión impresos en blanco, un tríptico, una postal y una chapa.

    Los envíos de recompensas se realizarán una vez finalice la campaña.

    *La cantidad de diarios de embarazo disponibles se eleva a 5, fueron generosamente cedidos por Ana, de Espacio Kauri. La cantidad de camisetas disponibles se eleva a 60 unidades en total, a repartir entre los donativos de 60, 80 y 100 €. La cantidad de bolsas de tela disponible se eleva a 57 unidades en total, a repartir entre los donativos de 40, 80 y 100€

    > 05 Cofinanceurs

À propos du projet

Après avoir épuisé les recours juridiques au niveau national, nous portons l'affaire devant le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes afin d'obtenir justice.

Budget Tâche Minimal Optimal
Abogacía y tasas judiciales internacionales
Este coste incluye los gastos de los procesos judiciales para llevar el caso a la ONU, concretamente al Comité pa la Eliminación de la Discriminación contra la Mujer (CEDAW). En anteriores crowdfundings contabamos con cubrir ya estos gastos con el dinero recaudado, pero una serie de gastos imprevistos relacionado con los anteriores recursos, así como una condena en costas, hicieron que el dinero ya recaudado no diera para seguir adelante y llegar al TEDH. Esta vez el importe relacionado con esta defensa jurídica es especialmente elevedo puesto que, al tratarse de una instancia internacional, no interviene una sola abogada sino también otra colaboradora procesal. Si se reconoce la vulneración de derechos sin agotar la totalidad del dinero recaudado se destinaría a una o varias asociaciones que luchan porque esta situación no vuelva a repetirse.
€ 9.000
Anterior condena en costas
Hemos pedido una indemnización ridícula, 10.000€, para reducir el riesgo a tener que pagar una enorme cantidad en costas. Hasta ahora y aunque es una aberración, he sido condenada en costas una vez. Sin embargo, todavía no se me ha comunicado el importe que me piden ni cuándo me exigirán pagar dicha cantidad. Esperamos que, al ganar el próximo juicio, impugnen esta anterior condena en costas. Pero no podemos saberlo con certeza y por eso pedimos este dinero. En caso de que se recaude esta cifra sin tener que abonarla en costas, nos comprometemos a donar este dinero a asociaciones que luchan por los derechos de las mujeres a lo largo de sus procesos reproductivos.
€ 2.000
Variables
Como la experiencia nos ha demostrado que estos procesos judiciales siempre conllevan una serie de gastos adicionales no previstos en un primer momento, esta vez hemos decidido calcular un 10% de gastos variables extra, aplicable a los gastos de abogacía. Estos imprevistos suelen abarcar los impuestos que se aplican a los procesos judiciales, los gastos de desplazamiento, de alojamento, etc. En caso de que se recaude esta cifra sin tener que gastarla, nos comprometemos a donar este dinero a asociaciones que luchan por los derechos de las mujeres a lo largo de sus procesos reproductivos.
€ 900
Budget Matériel Minimal Optimal
Recompensas
Nos parece importante lo simbólico de agradecer vuestra aportación a la causa. Este es el precio que hemos calculado que las recompensas, y sus envíos, suponen. Aquí van los costes de creación de trípticos, postales, chapas, bolsas de tela y camisetas, así cómo los envíos a toda España.
€ 1.400
Budget Infrastructure Minimal Optimal
Comisiones
Gastos adicionales relacionados con la producción del Crowdfunding a través de la plataforma Goteo.org y gastos de comisiones bancarias en caso de recaudación del óptimo.
€ 700
Total € 11.000 € 14.000
Indispensable
Optionnel

Informations générales

**Rappel des faits

Dans le monde des barbaries obstétricales, le cas d'Oviedo est déjà célèbre. Une femme décide d'accoucher à son domicile, elle est informée et a engagé une équipe de professionnelles qualifiées pour l'accompagner. Alors que sa grossesse se prolonge, elle décide de se rendre à l'hôpital pour vérifier que tout va bien afin de décider si poursuivre l'accouchement à domicile ou opter pour un accouchement à l'hôpital. Ce jour-là, deux choses se sont produites : d'une part, elle a constaté qu'elle et son bébé allaient parfaitement bien et, d'autre part, elle a été confrontée à l'arrogance et aux préjugés d'un obstétricien concernant l'accouchement à domicile et la liberté individuelle des femmes de décider par elles-mêmes. Et même si tout allait bien, il a décidé de la forcer à faire ce qu'il voulait, avec l'aide d'une juge.

C'est à partir de là qu'a commencé une série noire d'échecs du système de santé publique et du système judiciaire. L'un et l'autre se renvoient la balle pour se soutenir mutuellement sans avoir à en assumer les conséquences.

Après avoir parlé à l'obstétricien, qui a refusé de lui donner une copie des rapports et des tests effectués ce jour-là, la femme est partie demander l'avis d'un autre professionnel (en appelant sa sage-femme privée). Après cet appel, lorsqu'elle est retournée au cabinet de l'obstétricien, elle a constaté que le service avait été fermé et qu'il n'y avait plus personne à qui communiquer sa décision ; elle et son partenaire sont donc rentrés chez eux, avec des contractions sporadiques.

Le soir même, le travail a commencé spontanément à la maison et, le lendemain, alors qu'elle se trouvait dans sa piscine d'accouchement, accompagnée de sa sage-femme, elle a vu la police faire irruption chez elle, munie d'un mandat d'arrêt du tribunal pour la transférer de force à l'hôpital central universitaire des Asturies afin d'y subir un déclenchement de l'accouchement. Il est évident qu'un déclenchement de l'accouchement n'a aucun sens lorsque l'accouchement a déjà commencé. Il est évident que la sage-femme qui l'accompagnait veillait au bien-être de la mère et du bébé et qu'aucun des deux n'était en danger. Tout ce qu'ils voulaient, c'était la garder derrière des barreaux invisibles. Après trois jours d'enlèvement et d'abus constants, sa fille est née par césarienne. La césarienne était l'une des nombreuses interventions inutiles, conséquence directe de ce qui s'était passé, et qui a empêché la naissance de se dérouler comme elle l'aurait fait en toute liberté.

**Justice élitiste

C'est le troisième crowdfunding que nous avons réalisé, depuis Parir En Libertad (https://www.parirenlibertad.org/), pour couvrir les frais de justice de cette affaire. Nous ne l'avons pas fait dans l'intention de compenser, avec du papier numéroté, une infime partie des dommages générés. Ce n'est pas possible, l'argent n'efface pas les traumatismes et ne restitue pas les expériences volées. Nous l'avons fait pour que, lorsque de tels abus se reproduisent, la femme qui les a subis puisse, au moins, se défendre avec le procès que, j'en suis sûre, nous finirons par gagner. Car si, en Espagne, les obstétriciens et le système de santé nient l'existence de la violence obstétricale, aux Nations unies, il en est autrement.

A ce jour, si l'on ajoute l'argent versé par la famille et celui récolté les deux fois précédentes, nous avons atteint la somme vertigineuse d'environ 30 000 euros de frais. Jusqu'à présent, nous n'avons vu que du théâtre : la justice, qui se vante de protéger le citoyen, défend les loups qui nous attaquent. Et pendant ce temps, la machine continue d'engloutir de l'argent pour que les juges détournent le regard, nient l'indéniable et que la justice continue d'être inexistante. Mais nous sommes arrivés là où nous le voulions, car nous espérons que la raison va commencer à régner au sein du Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes (CEDAW).

Comme vous le voyez, sans votre soutien, la justice est inaccessible. Nous lançons donc ce troisième appel, mais cette fois, je décide de le faire moi-même, de montrer mon visage, de vous raconter mon expérience, de vous exposer les faits à la première personne. Évidemment et heureusement, j'ai encore toute une équipe qui me soutient et m'entoure. J'ai toujours été présente dans les précédents crowdfunding, mais dans l'ombre, dans l'anonymat, dans la clandestinité. Je ne me cache plus.

Evolution des procès et des condamnations.

Aujourd'hui, 4 ans après les faits, j'ai épuisé toutes les ressources judiciaires qui existent au niveau national : les deux procès que j'ai portés devant la Cour constitutionnelle se sont soldés par des condamnations à mon encontre. Bien qu'il y ait eu plusieurs votes privés en ma faveur.

Le premier recours est contre l'action judiciaire qui m'a retiré le droit de décider, sans vérifier les faits. Selon les protocoles en vigueur dans ce pays, avant d'émettre une telle décision de justice, ils auraient dû me contacter, vérifier que je n'essayais pas de mettre en danger quelqu'un et, en cas de doute sur le fait que la vie de mon bébé était ou non en danger, demander l'avis d'un autre professionnel, m'épargnant ainsi cet enfer. Ce recours a fait l'objet d'une décision négative de la part de la Cour constitutionnelle en juin 2022. Cette phrase crée un grave précédent dans notre pays en affirmant que, si vous êtes enceinte, vos droits et vos décisions ne comptent pas : si un médecin dit que la vie de votre bébé est en danger, vous les perdez tous. Il n'est pas nécessaire qu'il soit vraiment en danger, non. Il suffit qu'ils le disent, ils n'ont pas à le prouver et, de fait, même si vous prouvez, a posteriori, que ce n'était pas le cas, cela n'a pas d'importance : la parole du médecin fait loi, et vos droits restent lettre morte. Pour cette première voie, l'une de mes avocates a fait un crowdfunding (https://www.franciscafernandezguillen.com/el-caso-oviedo-la-mujer-embarazada-como-contenedor-de-bebes/) de son côté l'année dernière et, bien que je ne me souvienne pas du montant exact, je pense qu'elle a réussi à récolter 6 000 euros supplémentaires pour pouvoir aller de l'avant et porter cet appel à Strasbourg et, si nécessaire, également à l'ONU.

Le deuxième recours, contre les actions de l'hôpital lors de mon admission forcée, a également fait l'objet d'un jugement négatif, en mars 2023. Lorsque j'ai lu la sentence, je ne savais pas si je devais rire ou pleurer. En résumé, ils ont dédié 86 pages à dire que si le personnel de l'HUCA ne l'a pas écrit dans mon dossier médical, il n'y a pas de preuve de violence obstétricale. J'ai honte pour eux.... Outre le fait qu'il s'agit d'un raisonnement extrêmement absurde, les dés sont pipés : ils ignorent purement et simplement les témoignages et les rapports d'experts que nous avons fournis. Ils ne daignent même pas les mentionner. Comme s'ils n'existaient pas. Ils accordent tout le crédit du monde à la parole de l'accusé et ignorent le plaignant (en l'occurrence, la victime) et les preuves qu'il apporte, mettant ainsi en évidence leurs préjugés et leur partialité. De nombreux coupables, lors de leur procès, ne reconnaissent pas les faits, ne laissent pas de preuves écrites de leurs actes, mais cela ne signifie pas qu'ils ne sont pas coupables. Mais bien sûr, si l'accusé est un médecin et qu'il est accusé de violences obstétricales... Tout change, n'est-ce pas ? **C'est pour cette deuxième voie que nous collectons des fonds aujourd'hui, afin de pouvoir la porter devant l'ONU, devant le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, pour qu'une fois de plus l'existence de la violence obstétrique en Espagne soit reconnue, afin de faire valoir nos droits, en tant que femmes, même dans la salle d'accouchement.

Nous savions que cela pouvait arriver, mais nous n'imaginions pas que ce serait aussi effronté et que cela nous coûterait autant d'argent et serait aussi éprouvant sur le plan émotionnel. Mais tout n'est pas perdu, car dans les deux jugements, il y a des votes individuels en ma faveur, et très prometteurs. Bien qu'ils soient minoritaires, il y a des magistrats qui ont fait leur travail correctement et qui comprennent que ce que nous dénonçons est légitime et ne doit pas être permis.

Inmaculada Montalban Huertas, magistrate et vice-présidente du Tribunal constitutionnel, se montre particulièrement sceptique quant au fait que j'ai pu donner mon consentement éclairé et critique en ce qui concerne le manque de rigueur du Tribunal constitutionnel quant à l'étude de ma demande, comme le montrent ces extraits de son opinion dissidente dans cette dernière sentence :
***Le contexte factuel coercitif dans lequel la requérante s'est trouvée empêche de qualifier le consentement donné à un traitement médical de libre et éclairé, ce consentement ayant été obtenu après avoir été informée qu'elle était obligée, par décision judiciaire, de suivre les protocoles de l'hôpital. Le seul choix qui lui a été offert était de se soumettre avec résignation aux procédures médicales proposées ; ou de ne pas les accepter et d'attendre qu'il n'y ait vraiment pas d'autre option possible et d'endurer leur pratique forcée. Il ne s'agit pas là d'un véritable consentement. Ce qui importe, en termes de protection constitutionnelle, c'est qu'il ait pu donner son libre consentement.

***L'analyse des circonstances concomitantes est encore plus nécessaire lorsque les questions constitutionnelles concernent le processus de la grossesse, de l'accouchement et de la maternité, qui est un événement de la plus haute importance dans la vie affective et sexuelle des femmes. Le rôle de cette Cour en tant que garante des droits fondamentaux exige une analyse factuelle et juridique constitutionnelle complète, et non pas fragmentaire ou partielle. La Cour aurait dû vérifier l'histoire clinique et le rapport d'expertise psychiatrique établi par un spécialiste agréé en médecine et chirurgie, spécialiste en psychiatrie, afin de se faire une idée de l'ensemble des circonstances qui ont entouré le consentement de la requérante. Selon les conclusions du spécialiste en psychiatrie, la requérante : souffre d'un syndrome de stress post-traumatique post-partum, déclenché par le traitement qu'elle a reçu lors de la naissance de son enfant à l'hôpital ; le fait d'avoir été soumise à une admission forcée est considéré comme un critère plus que suffisant de facteur de stress aigu. Le fait que la patiente ait refusé un examen vaginal en raison de son passé de victime de violences sexuelles, et que ce refus n'ait pas été respecté, est particulièrement traumatisant et préjudiciable pour la patiente, qui voit ainsi sa dignité et sa capacité à faire confiance aux professionnels de la santé à l'avenir endommagées, ainsi que pour le déroulement de l'accouchement. L'acte médical institutionnel pratiqué sur la requérante a violé ses droits fondamentaux à l'intégrité physique et morale (art. 15 CE) et à l'intimité de la vie privée (art. 18 CE). Il s'agit également d'une discrimination fondée sur le sexe - interdite par l'article 1 4 CE - dans la mesure où il s'agit d'un traitement dégradant et désobligeant d'une personne en raison d'un fait - la maternité et l'accouchement - directement lié au sexe féminin.

Pour sa part, la juge María Luisa Balaguer Callejón exprime dans son opinion dissidente la manière dont la violence obstétrique est exercée et dont les responsables sont soutenus par un système judiciaire qui ferme les yeux, évite les questions sensibles et se fonde sur des préjugés.

L'arrêt qui résout le présent recours en appel se fonde sur l'existence d'une situation initiale qui ne viole pas les droits et se limite à analyser les actes médicaux qui ont suivi cette admission, en ignorant les circonstances dans lesquelles elle s'est produite et l'impact que ces circonstances ont pu avoir sur l'intégrité physique et morale de la requérante en appel. Le raisonnement est excessivement formaliste et ne prend en compte ni les conditions dans lesquelles s'est déroulée l'hospitalisation, ni la notion de violence obstétrique, bien que cette question soit soulevée par les parties et qu'un document international soit cité à cet égard, il n'est pas pris en compte dans la résolution du recours en appel.

*Le processus d'accouchement avait déjà commencé naturellement, ce qui a supprimé la justification de l'intervention judiciaire, c'est-à-dire l'indication de provoquer artificiellement l'accouchement. Il est clair que les décisions de la femme enceinte sur le déroulement de l'accouchement et sur son intégrité physique, sur la gestion de son propre processus d'accouchement, sur son corps, ont été absolument subordonnées, tout au long du processus, à la préservation de l'intérêt identifié comme supérieur. L'organe judiciaire ne prend pas en considération, avec un minimum de raison, la possibilité qu'il puisse y avoir des critères médicaux disparates sur la gestion de l'accouchement. "**

**Et maintenant, où voulons-nous aller ? Quel est notre objectif ?

Grâce à ces votes individuels, nous savons que nous sommes sur le point de gagner cette bataille judiciaire. Pour cette raison et parce que nous savons que la Cour constitutionnelle est assez conservatrice, mais ce n'est pas le cas à l'ONU. Là-bas, il y a déjà eu des décisions favorables dans des cas similaires au mien. Là-bas, on n'osera pas me dire que m'obliger à subir des touchers vaginaux par un inconnu, de force, sous la contrainte et la menace (alors que j'ai déjà expliqué mon refus parce que j'ai subi des abus sexuels et que je propose à une autre personne, qualifiée, en qui j'ai confiance, de les pratiquer) n'est pas de la violence obstétricale ;

ils ne pourront pas nier, comme le montre mon dossier médical, que j'ai refusé à plusieurs reprises de signer le consentement éclairé pour certaines interventions. S'ils lisent les témoignages fournis, ils se rendront compte que j'ai fini par les signer à cause d'un mensonge et sous la contrainte. J'ai fini par signer pour une péridurale que je ne voulais pas parce qu'ils m'ont dit qu'ils avaient un autre mandat du tribunal qui leur permettait de faire ce qu'ils voulaient de moi. J'ai fini par signer pour une péridurale que je ne voulais pas parce que, si je ne le faisais pas, ils assuraient qu'ils pourraient m'envoyer au bloc opératoire ipso facto. J'ai appris des semaines plus tard que ce prétendu deuxième mandat du tribunal n'avait jamais existé. C'était du bluff. Et moi, après plusieurs jours sans sommeil, avec des contractions et au milieu de ce chaos, pour éviter une césarienne injustifiée, j'ai signé.

J'ai signé sous la contrainte pour une péridurale, pour une rupture artificielle de la poche des eaux, pour un monitoring continu, pour de la morphine, pour une foule de choses que je ne voulais pas. Et j'en ai subi les conséquences : à force d'intervenir, de forcer, dans un environnement hostile, j'ai fini par m'épuiser. L'accouchement ne pouvait pas se dérouler dans un contexte de moqueries, de menaces et de contraintes constantes. Absence totale d'intimité, territoire hostile, interruptions incessantes... A la maison, cela se passait parfaitement bien, mais pas là. Et ma fille a commencé à montrer des signes qu'elle avait besoin de naître. Il n'y avait pas vraiment d'urgence, pas de danger imminent, mais j'ai compris que, dans ces conditions, je n'allais pas pouvoir accoucher. Je n'ai donc pas eu d'autre choix que d'en arriver à une césarienne, avec anesthésie générale et séparation post-partum. Je suis tombée dans le piège. Car c'est bien de cela qu'il s'agit, d'un piège.

Ils ne pourront pas non plus ignorer, comme cela a été le cas jusqu'à présent, les rapports d'expertise neutres qui font état des séquelles dont je souffre encore aujourd'hui à la suite du traitement que j'ai reçu et de l'expérience traumatisante que j'ai vécue. Ils verront, dans ces rapports que ni la vie de mon bébé ni la mienne n'étaient plus en danger à la maison qu'à l'hôpital. De fait, je ne dis pas qu'elle n'était pas en danger, car le risque zéro n'existe pas. Le risque zéro n'existe jamais. Que ce soit à la maison ou à l'hôpital. Mais ce que disent ces expertises, c'est que la grossesse prolongée (et, s'il avait eu lieu, l'accouchement à domicile dans ces conditions) présentait peu de risques et, en tout cas, autant de risques que le déclenchement forcé auquel on a voulu me soumettre, en court-circuitant leurs propres protocoles en me refusant le droit à l'expectative (surveillance fœtale toutes les 24 heures pour vérifier que tout continuait d'aller bien). Cela montre bien que, tout simplement, l'arrogance de l'obstétricien que j'ai croisé ce jour-là s'est étouffée face à mon audace à vouloir choisir librement, comme la loi le prévoit. Et ça, c'est de la violence obstétrique.

Alors je ne baisse pas les bras, j'ai encore la foi, même si ce ne sera pas dans ce pays, qu'un juge finira par nous donner raison. Tout simplement parce que nous avons raison. Nous sommes sur le point de gagner cette bataille judiciaire, il suffit que quelqu'un fasse son travail correctement. La loi est de mon côté, nous avons tous besoin qu'elle soit appliquée. Je ne tolérerai pas que mon expérience soit utilisée par la Cour constitutionnelle pour que les violences obstétricales se développent dans ce pays et que quelques médecins véreux deviennent des juges tout-puissants et, de surcroît, en toute impunité.

C'est pourquoi, 4 ans après les faits, après avoir épuisé les ressources judiciaires nationales, après avoir lutté, après avoir lu tant de calomnies dans la presse, après m'être tant exposée et avoir investi tant d'énergie pour rendre visible la torture que ma fille et moi avons vécu, je demande de l'aide, je demande de la sororité, je demande de l'argent, une fois de plus, pour porter mon cas devant le CEDAW. Je vous suis infiniment reconnaissante pour toute la générosité que vous m'avez déjà témoignée, vous m'avez donné des ailes. Sans vous, rien de tout cela n'aurait été possible. Mais nous ne pouvons pas baisser les bras, si près de la victoire. J'ai besoin que vous fassiez encore un petit pas. Pas pour moi, je n'ai plus rien à gagner ou à perdre. Pour mes filles, pour tous ceux qui, comme moi, ont contribué aux précédents crowdfundings en croyant qu'un juge de ce pays allait nous donner raison, pour nous toutes, nées et à naître. Pour que personne d'autre ne vive cet enfer dans l'indifférence totale. **Pour que des organismes internationaux comme l'ONU rappellent à nos institutions nationales qu'elles ont des obligations, que nous avons des droits, que l'impunité n'existe pas et que les femmes ont une voix. Pour les arrêter dans leur élan. Parce que ces deux dernières sentences sont de véritables insultes pour les femmes. Pour que nous puissions accoucher libres et sans préjugés.

Plus d'informations sur l'affaire Oviedo : https://www.parirenlibertad.org/caso-oviedo

Caractéristiques principales

C'est le troisième crowdfunding que je fais pour couvrir les frais juridiques de mon affaire (quelqu'un d'autre en a fait un autre l'année dernière). Plusieurs dizaines de milliers d'euros ont déjà été versés. Et même si, en y réfléchissant, je me sens étourdie et presque honteuse, je dois continuer à demander, je dois continuer à aller de l'avant. Car même si j'avais espéré gagner lors des épreuves précédentes, nous savions aussi que ce ne serait peut-être pas le cas. Cette fois-ci, il s'agit de se rendre aux Nations unies. Et c'est là que nous avons vraiment une chance de gagner. Car ce n'est pas un hasard si, ces dernières années, l'Espagne a été condamnée à plusieurs reprises par ces tribunaux. Ils reconnaissent l'existence des violences obstétricales et la violation de nos droits en Espagne. À ces niveaux, il y a des décisions favorables dans des cas similaires au mien. Nous sommes à un pas de la victoire, je ne veux pas que les femmes de ce pays restent à la porte d'un jugement qui reconnaisse leurs droits.

Nous voulons couvrir les frais de ce recours juridique pour :

-Donner de la visibilité à la violence obstétrique, sous toutes ses formes (la manœuvre de Kristeller et l'épisiotomie de routine ne sont pas les seules violences obstétricales).

-**(Le projet de naissance est un document juridiquement contraignant, les protocoles hospitaliers n'ont pas force de loi, le consentement éclairé n'existe qu'avec des informations actualisées et impartiales et doit être obtenu sans coercition, la femme enceinte ne perd pas ses droits parce qu'elle est enceinte, la loi sur l'autonomie du patient la soutient également, l'accouchement à domicile est légal et constitue une option tout aussi valable que l'accouchement à l'hôpital).

-**Etant donné l'existence évidente de la violence obstétrique en Espagne, la justice internationale doit prendre l'affaire en main afin d'y mettre fin. Plusieurs jugements ont déjà été rendus contre l'Espagne, qui n'a toujours pas indemnisé les victimes ni mis à jour ses protocoles judiciaires et ses soins pour un accouchement respectueux, comme l'exigent ces jugements).

-Que le "cas Oviedo" ne soit plus jamais utilisé comme une menace pour soumettre une femme, qu'elle puisse l'utiliser pour rappeler à tout professionnel abusif qu'elle a des droits et que la loi et la justice la soutiennent.

Pourquoi est-ce important

Il est très probable que, si nous parvenons à continuer à payer les avocats, les experts et autres, nous arriverons à l'ONU où les juges nous donneront raison. Ainsi, il est certain que nous créerons un précédent, ce qu'ils appellent une jurisprudence, et les femmes enceintes, les mères, obtiendront en Espagne cette pleine liberté de décider à tout moment, qui est déjà inscrite dans nos lois.
**Si vous voulez que cette utopie devienne réalité, ce qui est déjà le cas dans d'autres pays européens, soutenez-nous.
Si vous voulez aller à l'hôpital en sachant que vous pourrez décider, que vous ne serez pas kidnappé par un critère médical, soutenez-nous !
Si vous voulez continuer à avoir des droits, même si vous êtes enceinte, soutenez-nous !
Si vous voulez que la justice vous soutienne lorsque vos droits sont violés, soutenez-nous !

16-disenos-frases-crowdfunding-2023.jpg 14-disenos-frases-crowdfunding-2023.jpg 20-disenos-frases-crowdfunding-2023.jpg

Expérience antérieure et équipe

Comme je l'ai déjà dit, c'est le troisième crowdfunding que nous faisons à partir de Parir En Libertad, et comme nous l'avons déjà dit à d'autres occasions, "nous sommes les mêmes personnes qui ont toujours soutenu la mère d'Oviedo. Nous continuerons à être là. Toujours. (...)
Nous sommes des femmes, des mères, des sages-femmes, des doulas, des gynécologues et des avocates. Ce que nous appelons une équipe multidisciplinaire de personnes motivées par la même cause : parvenir à un système de santé démocratique qui mette fin à l'autoritarisme et à la coercition".

Mais cette fois, je sors de ma cachette et je vous dis que c'est moi aussi, que je ne suis évidemment pas seule et qu'heureusement toutes ces personnes continuent à me soutenir, mais qu'au fond, cette lutte, bien qu'elle nous appartienne à toutes, est aussi la mienne. C'est mon expérience, mes traumatismes, mes démons et, surtout, c'est ma responsabilité de faire en sorte que ce que j'ai vécu serve à ce que personne d'autre ne le vive, qu'en plus du système de santé, nous ayons un système judiciaire digne. Et non pas une farce insultante et pratiquement inaccessible comme c'est le cas aujourd'hui.

Nous ne sommes pas seulement une bande de sorcières. Il y a beaucoup d'associations, de femmes et de collectifs qui tirent la sonnette d'alarme et nous voulons dire clairement que nous n'accepterons pas cet autoritarisme. Que personne ne doit jamais contraindre une femme pendant son accouchement, une femme enceinte, que ce soit judiciairement ou de toute autre manière.

9-disenos-frases-crowdfunding-2023.jpg 5-disenos-frases-crowdfunding-2023.jpg 11-disenos-frases-crowdfunding-2023.jpg

Engagement social

Sustainable Development Goals

  • Good Health and Well-Being

    Ensuring healthy lives and promoting the well-being for all at all ages is essential to sustainable development.

  • Gender Equality

    Gender equality is not only a fundamental human right, but a necessary foundation for a peaceful, prosperous and sustainable world.

  • Peace, Justice and Strong Institutions

    Access to justice for all, and building effective, accountable institutions at all levels.