KRASK SOINUA / EL SONIDO DEL CRACK / LE SON DU CRACK / THE SOUND OF CRACKING

Pour € 10
JE VEUX COLLABORER
  • Je souhaite collaborer mais je ne veux pas de récompense.

  • Ce que je veux, c'est que l'on parle du sujet.

> 51 Cofinanceurs
Pour € 20
MECENAT
  • Je souhaite collaborer et figurer au générique en tant que mécène.

  • Ce que je veux, c'est que l'on parle du sujet.


> 80 Cofinanceurs
Pour € 50
MECENAT ET ABONNEMENT
  • Je souhaite collaborer et figurer au générique en tant que mécène.

  • Ce que je veux, c'est que l'on parle du sujet.

  • Abonnement de 3 mois à Berria PDF + les avantages offerts aux "Berria Lagun".



> 46 Cofinanceurs
Pour € 100
MECENAT ET CINEMA
  • Je souhaite collaborer et figurer au générique en tant que mécène.

  • J'assiste à une avant-première du film.

  • Abonnement de 6 mois à Berria PDF + les avantages offerts aux "Berria Lagun".




> 25 Cofinanceurs
Pour € 250
POUR LES ENGAGES
  • Je suis engagé dans cette cause et souhaite figurer au générique en tant que mécène.

  • J'assiste à une avant-première du film.

  • Abonnement de 1 an à Berria PDF + les avantages offerts aux "Berria Lagun" + sac à dos.





> 12 Cofinanceurs
Pour € 500
ORGANISATION D'UNE PROJECTION
  • Je suis une association et / ou une institution publique et je souhaite organiser une projection avec le réalisateur, suivi d'un ciné-débat.

  • Je suis engagé dans cette cause et souhaite figurer au générique en tant que mécène.

> 02 Cofinanceurs
Pour € 1.000
POUR LES COLLECTIFS LES PLUS ENGAGES
  • Je suis une association et / ou une institution publique et je souhaite organiser une projection avec le réalisateur, suivi d'un ciné-débat.

  • Je suis très engagé dans cette cause et souhaite que mon logo figure au générique en tant que mécène ainsi que sur les supports promotionnels.


> 02 Cofinanceurs

À propos du projet

A partir du cas spécifique du Pays Basque, le documentaire analyse l’évolution de la torture et son incidence en Occident durant le demi-siècle dernier.
Infrastructure Minimal Optimal
EQUIPE TECHNIQUE (L'indispensable)
Budget minimum pour les dépenses provenant de l'équipe technique dont : Réalisateur, Directeur de production, Chef-opérateur, Chef-op son, monteur image et monteur son.
€ 7.000
COUT TECHNIQUE ET DEPLACEMENT AU CENTRE DE REHABILITATION DE COPENHAGUE
Le Centre international pour la réhabilitation de la torture se trouve à Copenhague. L'intention est de s'y rendre et de comparer les résultats de l'étude basque, avec des cas internationaux. Location d'un fourgon (Copenhague), logement (Copenhague), repas (5 personnes, Madrid et Copenhaque) Régimes fous. (5 personnes) Vol Copenhague
€ 5.050
DROITS
Traduction du scénario et des sous-titres
€ 1.000
Tâche Minimal Optimal
REPAS ET DEPLACEMENTS
Repas et déplacements de l'équipe
€ 2.200
LICENCES MUSIQUE
6x licence Jamendo
€ 610
TAXES
Environ 6% de commission (GOTEO, virements, etc.)
€ 663
Frais généraux et autres coûts
Administration et assurance
€ 1.050
EQUIPE TECHNIQUE (optimale)
Budget optimal pour les dépenses provenant de l'équipe technique dont : Réalisateur, Directeur de production, Chef-opérateur, Chef-op son, monteur image et monteur son.
€ 6.000
TAXES
Environ 6% de commission sur le total.
€ 1.542
LICENCES MUSIQUE
Elargir le pack de licences à 15 morceaux.
€ 584
Matériel Minimal Optimal
DISTRIBUTION
DCP, impression d'affiches, etc, dossier de presse, etc.
€ 3.000
Total € 10.473 € 28.699
Indispensable
Optionnel

Informations générales

Synopsis du documentaire

Suite à la présentation du rapport inédit commandé et réalisé par le Gouvernement Basque sur l’incidence de la torture et les maltraitances entre 1960 et 2014, le réalisateur du film, Ander Iriarte, soupçonne que comme de nombreuses autres personnes, son père a été victime de torture en prison. L’enquête qu’il mène pour lever ses doutes l’amène à suivre un médecin légiste, une chercheuse et des psychologues ayant participé à l’élaboration du rapport. Ander approfondit les concepts de torture psychologique, environnement torturant ainsi que l’application du protocole d’Istanbul, en proposant une immersion dans la réalité de la torture en Occident qui révèle les moyens susceptibles d’agir à son encontre.

Description du projet

C'est un projet risqué, embarrassant pour certains et compliqué pour tout le monde. Actuellement, la production est formée par une alliance composée de : MIROKUTANA (BD13), IRUSOIN, (Agur Etxebeste, Loreak, Handia) et GASTIBELTZA, qui donnent corps au projet.

En 2016, le réalisateur a l'occasion d'assister à la présentation du "Projet de recherche sur la torture au Pays basque (1960-2013)". Il est alors bouleversé par ce qu’il a pu voir et entendre. Il entend pour la première fois des concepts tel que "torture moderne", "environnement torturant" ou "torture psychologique" et soupçonne que son père a subi des tortures lors de sa mise en détention quelques années auparavant. Dès lors, il décide d’approfondir le sujet.

S’immerger dans les protocoles de l’étude du gouvernement basque lui permettra de comprendre comment les techniques de torture ont été réfléchies et modernisées afin de cacher l’ampleur du phénomène dans de nombreux pays occidentaux.

La singularité du traitement de ce projet a été reconnue et primée depuis ses débuts au sein de différents forums. Parmi eux, Le son du crack a reçu le prix Treeline du meilleur projet au Forum de coproduction de documentaires du Festival International du Film de Saint-Sébastien.
Le fait d'aborder le problème à partir d'un cas local ne le rend pas moins international. Parce qu’il met en lumière les pratiques de la torture actuelle en Occident, le film permettra de sensibiliser la communauté internationale, ainsi que l’ensemble des citoyens, face à la grave entrave aux Droits de l’Homme.

Caractéristiques principales

Objectifs du documentaire :

Ce projet, est né de la nécessité de défendre les Droits de l’Homme. Il aborde un problème qui touche toute la planète, mais plus spécifiquement l’Europe et l’Amérique du Nord : l'utilisation de la torture moderne comme mesure de coercition.

La torture est une réalité partout sur la planète, mais nous sommes capables de le prouver ici, et par "nous", nous entendons les entités suivantes : -Institut Basque de Criminologie (IVAC), avec le rapport réalisé à partir d'une initiative du Cabinet pour la Paix et le Vivre-ensemble du Gouvernement basque et approuvé par le Rapporteur des Nations Unies pour la torture, les traitements inhumains et dégradants et le Conseil scientifique de la Cour pénale internationale, entre autres.

Le medium audiovisuel possède la capacité d’accéder à un public ample et varié, raison pour laquelle il nous apparait comme le moyen d’expression idéal pour donner à connaître un projet aussi important et inédit que celui réalisé par l’Institut Basque de Criminologie (IVAC).
La reconnaissance de la vérité constitue le pilier des lois internationales pour la justice historique, étant donné que sans elle aucune réparation n’est possible et que sans cette réparation les injustices continueront à se reproduire.
Nous terminons par une citation de Duarte Nuno, président du Conseil Scientifique de la Cour Pénale Internationale : « Dans la torture, l’absence de preuve n’est pas la preuve d’une absence, puisqu’elle est pratiquée par ceux-là mêmes qui devraient être déterminés à l’éradiquer. La dénonciation de la torture est un chemin sinueux mais urgent pour une société qui se fait la garante des droits humains. C’est pourquoi il ne faut jamais baisser les bras, mais au contraire persister, résister et insister, sans jamais se désister, parce que toute chose finit par fonctionner. »


L’OBJECTIF :

Il s'agit d'un projet complexe et malgré tout le travail effectué, l’obtention des financements nécessaires n’est pas aisée. Notre objectif avec cette campagne de Crowdfunding est que, quoi qu'il arrive, nous puissions garantir le minimum nécessaire à couvrir les dépenses du tournage assumé par MIROKUTANA, en tant que coproducteur du projet. Les dépenses de post-production et de distribution restent à la charge des autres parties, et ce documentaire aura une date de sortie et des canaux de diffusion appropriés.

Pourquoi est-ce important

Je m’appelle Ander Iriarte et je vis dans l’Union Européenne, au sein d’une démocratie représentative, un Etat qui comme l’Espagne a signé l’ensemble des traités internationaux relatifs aux Droits de l’Homme. Je suis du Pays Basque et pourtant, je fais partie d’un environnement torturant, sans vraiment savoir ce que cela signifie. Alors je me demande : qu’est-ce que la torture en soi ? Quelle signification donnons-nous à ce concept ? Jusqu’à quel point considérer que ce qu’a subi mon père relève de la torture ? Comme s’il s’agissait d’un jeu pervers, les sociétés modernes ont-elles étendu les limites de sa pratique ? S’il en est ainsi, les mots, les lois et les condamnations s’avèrent insuffisants.

Nous avons attendu la seconde décennie de notre siècle pour qu’un état occidental entreprenne la réalisation d’une étude officielle sur son propre territoire, en impliquant ses forces de police. En réalisant Le son du crack, je souhaite partir du cas du Pays Basque pour montrer que la torture n’est pas une pratique désuète, qu’elle peut être en train de se produire près de chacun d’entre nous, au sein de démocraties constitutionnelles qui prétendent être garantes de nos droits inaliénables. Le film cherche à exposer en quoi consiste la torture dans l’actualité, tout comme les circonstances qui sont susceptibles de générer sa prolifération.


Public de ce financement participatif :

Pour paraphraser l'intervention de Marivel Baquero, Directrice du Vivre-ensemble et des Droits Humains de la Députation provinciale de Gipuzkoa lors de la présentation du rapport : « L’action d’enquêter sur la torture ne rend pas légitimes les actions d’ETA, mais vise simplement à mettre sur la table les principes démocratiques, tout comme la dignité des personnes et la sauvegarde des droits humains. »

L'usage de la torture est une question complexe en Occident, qui polarise l’opinion spécialement au Pays Basque. C'est un problème qui nous concerne tous en tant que citoyens, quelle que soit notre position idéologique, car la torture est une pratique qui a été et qui continue d’être appliquée par des gouvernements de toutes couleurs. C'est pourquoi nous faisons appel à toute personne sensible à la défense des droits de l'homme , au-delà de toute autre considération idéologique.

Au nom de toute l'équipe impliquée dans le projet, nous tenons à vous remercier par avance.

-L’équipe de Le son du crack-

Expérience antérieure et équipe

MIROKUTANA

MIROKUTANA a été créée en 2016 et la philosophie de ses productions repose sur ses sur trois piliers : la culture, la collaboration et la conscience sociale. Mirokutana produit pour le cinéma, la télévision et la publicité.
Malgré sa courte carrière, le fruit de son travail a été sélectionné dans des festivals tels que : SSIFF, Sitges, Málaga, Alcances, Semici ou Aguilar del Campo.

En 2017, la maison de production présente le court-métrage “Lisbeth” réalisé avec l’aide du Gouvernement Basque et commence le développement de son premier long métrage documentaire "Bihar dok 13", en première au Festival du film de Saint-Sébastien , coproduit avec Rec Grabaketa Estudioa.

Entre 2018 et 2019, elle a produit les courts-métrages "Emarri" et "Mirokutana" avec le soutien du gouvernement basque et conformément à la vision du monde qui caractérise la société de production.

Le projet Le son du crack a participé au forum de coproduction documentaire du Festival de San Sebastian, où il a reçu le prix Treeline. Cette année, Mirokutana y est retourné avec son prochain documentaire, Fuego al Hielo, son troisième long-métrage et le premier réalisé en collaboration avec un réalisateur externe.

IRUSOIN

Irusoin a été créé en 1982 pour produire des longs-métrages documentaires, de fiction et d'animation. Ses productions ont été sélectionnées et récompensées dans de nombreux festivals internationaux et il est une référence dans le domaine du le cinéma basque et international :

1 Goya pour le meilleur film d'animation de Karramarro uhartea.

10 Goya et le prix spécial du jury au Festival international du film de Saint-Sébastien avec Handia.

2 Goya, prix Forqué du meilleur film, prix de la meilleure réalisation et meilleur scénario au Festival international du film de Saint-Sébastien avec La trinchera infinita (Une vie secrète).

Comme Loreak, La trinchera infinita est candidate pour représenter la cinéma espagnol aux Oscar.

GASTIBELTZA FILMAK

L’objectif de Gastibeltza Filmak, société créée au printemps 2018 à St Pée sur Nivelle est de participer au développement et à la promotion du cinéma basque.

En dépit de son jeune âge, la société de production a collaboré sur plusieurs longs-métrages en tant que coproducteur, comme
"Gure Oroitzapenak” (Exils), "Jainkoak ez dit Barkatzen" (Dieu ne me pardonne pas) et “Caminho Longe”, tous trois sélectionnés au festival de Saint-Sébastien.

Gastibeltza a produit trois courts-métrages, parmi lesquels Anti, qui a été primé dans plusieurs festivals internationaux.

Engagement social