Financié le 22 / 09 / 2013
Cofinancé!
Accumulé
€ 4.541
Minimal
€ 4.000
Optimal
€ 4.300
141 Cofinanceurs
Pour € 15
Agraïment a la web
A la web de stopbalesdegoma.org hem creat un apartat per a explicar com va el procés judicial. Allà apareixeran els noms dels col·laboradors i col·laboradores
> 36 Cofinanceurs
Pour € 20
Fotografia de la campanya Stop bales de goma
Fotografia d'una de les imatges utilitzades per a la campanya per la prohibició de les bales de goma + Agraïment a la web
> 24 Cofinanceurs
Pour € 30
Txapa
Una txapa (pin) amb algun dels logos de la campanya Stop bales de goma + Fotografia d'una de les imatges utilitzades per a la campanya per la prohibició de les bales de goma + Agraïment a la web
> 09 Cofinanceurs
Pour € 50
Semarreta Stop bales de goma
Samarreta amb el logo d'Stop bales de goma + Una txapa (pin) + Fotografia d'una de les imatges utilitzades per a la campanya per la prohibició de les bales de goma + Agraïment a la web
> 15 Cofinanceurs
Pour € 60
Informe a color
Informe d'Stop Bales de Goma a color + Samarreta amb el logo d'Stop bales de goma + Una txapa (pin) + Agraïment a la web
> 01 Cofinanceurs
Pour € 80
Llibre Warcelona
Llibre de fotografies Warcelona, de Jordi Borràs + Samarreta amb el logo d'Stop bales de goma + Agraïment a la web
> 07 Cofinanceurs
Pour € 100
Per col·lectius o entitats
Agraïment destacat a la web pel vostre suport
> 01 Cofinanceurs
Pour € 100
Entrades El rei Borni
2 entrades per a la funció El rei Borni, de Marc Crehuet, a la sala Barts a partir del 30 d'agost + 2 semarretes amb logo Stop bales de goma + Llibre Warcelona + Agraïment a la web
> 04 Cofinanceurs
Pour € 200
Llibre fotografies Warcelona (Per col·lectius o entitats)
Llibre de fotografies Warcelona, de Jordi Borràs + Agraïment destacat a la web pel vostre suport
> 01 Cofinanceurs

À propos du projet

Aidez-nous à apporter ce cas de violation des droits humaine à la justice européenne
Tche Minimal Optimal
Elaboration de la demande
Cette somme d'argent servira a rémunérer les avocats qui vont plaider cette cause
€ 2.500
Documents sur le procès judiciaire afin de monter un film et un dossier complet
Durant le procès judiciaire nous collecterons des images et déclarations afin de faire une vidéo que nous diffuserons. Nous allons également écrire des articles sur le sujet qui seront regroupés en un dossier complet.
€ 300
Infrastructure Minimal Optimal
Voyages à Strasbourg
Voyages et hébergement de les gents qui vont à Strasbourg pour présenter la demande.
€ 1.500
Total € 4.000 € 4.300
Indispensable
Optionnel

Informations générales

En 2001, Carles Guillot a perdu un oeil à cause d'un tir de balle en caoutchouc qu'il a reçu au cours d'une évacuation lors d'un rassemblement social dans le quartier de Gràcia de Barcelone.

Malgré le fait que le policier auteur de ce tir ait été identifié, le juge en charge classa ce cas alors qu'il était encore en cours d'instruction. Après 11 années et 2 mois de procédures judiciaires ( auprès de l'Audiencia Nacional, sorte de Haut Tribunal, du Tribunal Suprême et du Tribunal Constitutionnel), la justice espagnole a toujours refusé toute indemnisation ou dédommagement à Carles Guillot (arguant que d'avoir été présent à un rassemblement social l'exposait de fait à ce type de risque).

Nous voulons que cette pratique, celle d'ignorer les victimes de violences policières, qui donne une totale impunité aux forces de l'ordre, cesse d'être la norme en Catalogne et dans le reste du pays.

C'est pour cette raison que nous avons décidé de recourir à la Cour européenne des Droits de l'Homme à Strasbourg

Caractéristiques principales

Nous avons décidé de recourir à la Cour européenne des Droits de l'Homme à Strasbourg, avec les nostres avocats Jaume asens et Anaïs Franquesa, accusant l'état espagnol d'enfreindre l'article 6.1 de la Convention européenne de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés Fondamentales (droit à un jugement équitable dans un délai raisonnable) et l'article 6.3 (« Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants »).

Pourquoi est-ce important

Ce projet s'adresse à toute personne sensible à la question des Droits de l'Homme et à l'injustice que représente la violation de ces droits fondamentaux, ici et partout ailleurs dans le monde.

Il s'adresse aussi à toute personne qui pense que l'impunité policière n'a pas sa place dans un état démocratique.

Vous pouvez décider du montant de votre don monétaire, depuis 1 euro. Dans la colonne de droite, sélectionnez n'importe quel montant, cliquez sur « Obtiens-le » et sur la page suivante dans le cadre « Quantité», en haut, vous pouvez écrire le montant que vous souhaitez verser en soutien à ce projet. (Ayez par ailleurs à l'esprit qu'il n'est pas possible de choisir une contrepartie d'une valeur supérieure au montant que vous choisissez).

Vous pouvez également indiquer, si vous le souhaitez, ne vouloir aucune contrepartie individuelle en retour : dans la colonne de droite sélectionnez le montant, cliquez sur « Obtiens-le » et sur la page suivante vous pouvez préciser « Je renonce à une récompense individuelle ».

Objectifs de la campagne de crowdfunding

L'objectif principal de cet appel à dons est de pouvoir présenter notre pétition à la Cour des Droits de l'Homme à Strasbourg. Une fois l'objectif atteint et avec l'espoir de gagner ce jugement, nous espérons qu'il servira aux juges et procureurs de l'état espagnol à mener de réelles et sérieuses instructions de toutes plaintes déposées pour violence des forces de l'ordre et éviter ainsi le périple judiciaire actuel dont souffrent les victimes de ces violences.

De la même manière, un tel cas pourrait servir de jurisprudence pour tout citoyen de l'union européenne.

Expérience antérieure et équipe

Les avocats qui vont plaider cette cause ont une très grande expérience dans ce champ.
En particulier Jaume Asens, avocat membre de la Commission de Défense du Collège des avocats et membre de l'Observatoire de la DESC (Droits Economiques Sociaux et Culturels). A l'échelle internationale il a participé à des commissions internationales comme celle de Chiapas en 2000 ou encore à l'AED (association des Avocats Démocrates Européens) et à la Legal Team en défendant les droits des activistes aux sommets mondiaux comme celui de Gêne en 2001.
Il a démarré l'exercice de sa profession en tant qu'avocat pénaliste en 1995. Un de ses premiers dossier a été celui du CSO Cine Princesa et depuis il est reconnu dans la défense des droits humains et des mouvements sociaux. Dernièrement il a représenté la FAVB (Fédération des associations de quartier de Barcelone) dans l'appel contre les ordonnances civiques ou dans l'accusation populaire dans des cas de corruption comme celui de Millet, Cuitat Vella ou l'Hotel del Palau.
Dans des plaidoyers d'accusation il a par ailleurs représenté d'autres collectifs comme celui de Mobbing Immobiliario, Memoria Historica, contre la Torture ou encore pour défendre les victimes de crimes contre l'Humanité devant l'Audiencia Nacional (par exemple dans le cas de « Guantanamo » ou dans celui de la « Flottille de la Liberté »)

Il y a également Anaïs Franquesa, spécialisée en Droit international des Droits de l'Homme et en Droit pénal. Elle a travaillé et collabore toujours avec l'institut des Droits de l'Homme de Catalogne et est membre de l'équipe légale de la « Reraguarda en moviment », Plateforme solidaire contre la Répression.
Actuellement elle travaille sur les dossiers en criminelle contre les aviateurs italiens qui ont bombardé Barcelone en 1937, le procès devant l'Audiencia Nacional sur le génocide au Rwanda et d'autres causes pénales liées à des questions de répression des mouvements sociaux à Barcelone.

Les membres de l'association Stop Bales de Goma participent eux aussi dans le travail de diffusion de l'information via internet mais aussi au travers d'actions dans la rue avec une couverture médiatique autant que possible.

Engagement social